mardi 27 septembre 2016

Lithium




• Auteur : Aurélien Gougaud
• Genre : tranche de vie
• Volume : 1 
• Format :  Ebook & Broché
• Date de Parution :  17 août 2016
• Note : 6/10
Elle, vingt-trois ans, enfant de la consommation et des réseaux sociaux, noie ses craintes dans l'alcool, le sexe et la fête, sans se préoccuper du lendemain, un principe de vie. Il vient de terminer ses études et travaille sans passion dans une société où l'argent est roi. Pour eux, ni passé ni avenir. Perdus et désenchantés, deux jeunes d'aujourd'hui qui cherchent à se réinventer.
Dans un texte crépusculaire, Aurélien Gougaud entremêle leurs voix, leurs errances, leur soif de vivre, touchant au plus près la vérité d'une génération en quête de repères. Un premier roman d'une surprenante maturité, qui révèle le talent d'un jeune auteur de vingt-cinq ans. 

Je remercie la maison d'éditions Albin Michel pour leur confiance.

Malheureusement, j'ai eu du mal avec ce livre. Il n'est en aucun cas mal écrit ni inintéressant, c'est juste que je n'ai pas su être transporté par son histoire.
L'auteur nous présente ses personnages par, il et par elle et j'avoue que c'est assez déroutant, mais au si fait. Le plus dans cette histoire, ce sont les différents points de vue à chaque chapitre. Cela nous donne plus d'informations sur nos deux personnages principaux.

Je n'ai pas réussi à cerner nos deux personnages et j'avoue qu'ils ont une personnalité un peu complexe. Elle, elle vit le jour au jour et ne se tracasse pas du lendemain. Elle noie ses peurs dans l'alcool, le sexe... Lui, il travaille comme agent commercial pour seul objectif, soutirer de l'argent. 

D'après ce que j'ai lu, c'est son premier livre et malgré tout, il peut en être fier. Ce n'est pas donné à tout le monde d'écrire un livre.

Pour conclure, comme d'habitude il ne faut pas s'arrêter à un avis négatif parce que cette histoire peut vous plaire. Je conseille quand même, cette histoire au plus de 16 ans/18 ans. 
La plume de l'auteur est fluide et légère. Je vous laisse juger par vous-même.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire